+34937250967 9:30h - 18:00h GMT+1
  • es
  • en
  • fr

Cet article sera entièrement consacré à l’étude des différents types de ravageurs qui peuvent attaquer nos plants de marijuana.

Les ravageurs que nous allons voir à cette occasion sont : Botrytis, Mildiou, Oïdium et Fusarium.

Tous ces ravageurs proviennent d’une forte humidité dans la culture et nous pourrons contrôler leur apparition en variant le facteur d’humidité.

Nous verrons des remèdes spécifiques, biologiques et chimiques, pour combattre chacun de ces ravageurs ainsi que quelques recommandations que nous devrions suivre chaque fois que nous utilisons ces produits.

Le meilleur moyen de prévenir l’émergence de tous ces champignons est le nettoyage et la désinfection de la zone de culture et des matériaux que nous utilisons. En effet, ces ravageurs peuvent rester dormants d’une année a une autre et causer des dommages a nos plantes de marijuana bien-aimées.

 

Botrytis (Botrytis cinerea)

 

Ce champignon pathogène est l’un des ravageurs les plus redoutables des cultures en plein air dans de nombreuses régions d’Espagne. Dans ce cas, nous ne pouvons pas contrôler l’humidité relative que nous avons, mais nous pouvons choisir les plantes qui s’adaptent le mieux à notre zone de culture (zones sèches, zones humides).

Le botrytis apparaît dans les plantes pendant la phase de floraison, nous ne devons donc pas utiliser de remède chimique, car nous courons le risque de voir ce produit rester dans nos fleurs. Dans le cas de l’utilisation de produits chimiques pendant la floraison, nous devons tenir compte des périodes de sécurité après l’application du produit, car s’il y a des résidus du produit dans les bourgeons, la marijuana peut être toxique pour notre corps.

Afin de ne pas nous retrouver dans ce cas fatal, nous pouvons nous tourner vers diverses marques qui nous offrent des produits biologiques à base d’huiles essentielles de plantes et de concentrés, qui pourront être utilisés de manière préventive.

À mon avis, une bonne ventilation dans la zone de croissance empêchera ou retardera l’apparition de ce champignon.

Nous devons faire attention lors de la récolte à bien nettoyer les zones touchées par le Botryris afin qu’il n’affecte pas les fleurs saines.

 

Planta de marihuana afectada por Botrytis

Photo de Botrytis: Cannabis Magazine

 

 

Oïdium (Blumeria graminis)

 

C’est aussi l’un des ravageurs les plus craints par les cultivateurs de plein air dans une grande partie du pays.

C’est un champignon qui se caractérise par la colonisation des feuilles d’abord, puis des fleurs, formant des taches d’une poudre blanche. Nous devons éliminer l’oïdium avant qu’il ne colonise une grande partie de la plante de marijuana et que cela nous contraigne à la jeter.

Il existe plusieurs produits phytosanitaires spécifiques sur le marché pour lutter contre l’Oïdium (produits chimiques), mais tous ne peuvent être utilisés que pendant la phase de croissance.

Si l’apparition du ravageur nous surprend en phase de floraison, nous pourrons recourir à des produits biologiques que l’on peut trouver dans les Grow Shops.

Comme pour tous les ravageurs, la prévention est primordiale et dans ce cas, nous pouvons utiliser des remèdes maison comme le thé de prêle (fumigé).

Il paraîtrait qu’en pulvérisant un mélange de jus d’orange et d’eau sur les zones touchées, on peut lutter efficacement contre ce champignon. D’autres producteurs utilisent la même méthode en remplaçant le jus par du lait écrémé, dans le même but d’éliminer le champignon dans son intégralité.

Ces deux remèdes maison peuvent être appliqués pendant la phase de floraison de nos plantes sans affecter leur développement optimal.

N’oublions pas que si la culture dans laquelle l’Oïdium est apparu est cultivée à l’intérieur, nous devons changer les filtres de l’intraction que nous utilisons, car l’Oïdium est transporté par le vent.

 

Planta de marihuana afectada por Oídio

 

Mildiou (Peronospora parasitica)

 

Le mildiou est moins fréquent chez les plantes de cannabis, mais nous ne devons pas ignorer ses effets et la manière de le combattre.

Il s’agit d’un champignon qui est produit au printemps et qui se développe lorsque les conditions d’humidité lui sont plus favorables (été, automne).

On le reconnaît aux taches jaunes sur la partie supérieure des feuilles et blanchâtres sur la partie inférieure.

La meilleure façon de prévenir l’arrivée de ce champignon est d’éviter le stress hydrique qui pourrait favoriser son apparition. La prévention par l’application de tisanes de prêle, de camomille, d’ortie et de sureau (fumigé), sera également très efficace.

Tous ces remèdes naturels fonctionneront parfaitement si le Mildiou n’est pas encore répandu. N’oublions pas qu’il faut traiter les plantes avec ces remèdes dès le début de leur phase végétative (croissance) pour assurer leur efficacité.

 

Fusarium (Fusarium oxysporum)

 

Ce ravageur affecte les plantes de cannabis et plusieurs points doivent être pris en compte pour éviter d’en favoriser l’émergence.

Pour prévenir l’apparition de Fusarium, nous devrions utiliser le Trichoderma, un champignon bénéfique qui colonisera le système racinaire et empêchera le champignon Fusarium de le coloniser.

Un système racinaire humide peut être un facteur favorisant l’apparition de ce champignon.

Nous pouvons reconnaître l’arrivée du Fusarium, car une fois qu’il affecte la plante, les feuilles commencent à se faner et à jaunir. Dans certains cas, cela peut aller jusqu’à causer la mort de la plante.

Jusqu’à maintenant cela fait une semaine de plus, un grand merci à tous les lecteurs.

Jhonny_Pot.

0