Le mot épigénétique vient du grec épi, dans ou sur, et -génétique. Conrad Hal Waddington, en 1942, a utilisé ce terme pour la première fois.

L’épigénétique fait référence à l’étude des facteurs qui interagissent avec les gènes pour modifier leur expression (phénotype). Ces facteurs génétiques, déterminés par l’environnement cellulaire plutôt que par l’hérédité, interviennent dans le développement d’un organisme : de la fécondation du zygote dans la reproduction sexuée à sa sénescence, en passant par la forme adulte, et qui intervient également dans la régulation héréditaire de l’expression génétique, sans modifier la séquence des nucléotides.

 

Cadena de ADN

 

Qu’est-ce que l’épigénétique et pourquoi est-elle importante pour les plantes de marijuana?

 

On peut dire que l’épigénétique est l’ensemble des réactions chimiques et autres processus qui modifient l’activité de l’ADN mais sans altérer sa séquence. Considérer les marques épigénétiques comme des facteurs non génétiques nous éloignerait de la véritable vision de la discipline scientifique. Les marques épigénétiques ne sont pas des gènes, mais la génétique moderne nous enseigne que ce ne sont pas seulement les gènes qui influencent la génétique des organismes.

Depuis l’achèvement du Projet du Génome Humain en 2003, l’idée que les humains et les autres organismes ne sont que fondamentalement ce qui est écrit dans leurs gènes et que leur conception évolue à grands pas, la science est à la recherche du langage qui code les petites modifications chimiques capables de régler l’expression d’une multitude de gènes.

 

Cette phrase si typique de “nous sommes ce que nous mangeons” prend tout son sens. L’environnement et l’alimentation interagissent entre autres facteurs avec les gènes pour faire varier l’expression finale de l’individu. C’est pourquoi il est important que les graines de marijuana soient de la plus haute qualité et héritent d’une épigénétique saine.

 

L’épigénétique réinterprète les concepts connus et révèle de nouveaux mécanismes par lesquels l’information contenue dans l’ADN de chaque individu est traduite. Concept par concept, un nouveau langage du génome est en train d’être déchiffré et la notion que nos propres expériences peuvent marquer notre matière génétique d’une manière jusqu’alors inconnue, et que ces marques peuvent être transmises aux générations futures est introduite.

En bref : nous ne sommes pas seulement ce que nous mangeons, mais “ils seront ce que nous mangeons”. L’épigénétique nous dit que ce n’est pas seulement le gène qui est important, mais aussi l’environnement dans lequel il se développe et se reproduit.

Cela expliquerait comment un même clone situé dans des environnements différents aurait un résultat final différent, ou parce que parfois une femelle développe des fleurs hermaphrodites dans certaines cultures et pas dans d’autres, ou même comme il est possible l’inversion du sexe dans le cannabis. L’épigénétique démontre l’interaction de l’alimentation, de l’environnement, des conditions et du stress dans le résultat de l’expression génétique finale.